Prière du père manant

Marie, Mère de Dieu
Notre-Dame de la Tendresse
Priez pour nous

Le carré aux dettes

J’irai voir le roi
dans mon désarroi
Peut-être aura-t-il
pitié du manant que je suis

Sire lui dirai-je
n’auriez-vous point quelques
mesures de froment à me laisser
pour moé et toute ma maisonnée?

Je confierai cette prière à l’autel de mon rang
où la Mère de Dieu sourit aux gueux animés
errants sur les routes pierreuses
qui accueillent les sabots des alézans
trottinant, avec leurs calèches
abritant de belles dames nanties
allant vers Paris où la pâmoison s’étale
partout dans le verbe des vieux « grisons » fardés.

IMG_3289.jpg

Je courus donc sur le sentier
trouver la Dame de mon amour, … …

Au détour du chemin ombré elle était là,
le soleil de la forêt s’était frayé un chemin
et dispensait sa chaleur à celle qui porte la « Lumière ».

J’arrivai tout rouge et suant
et me jetai au pied de son Trône.

Ô Notre Dame de la tendresse
souriez à votre serviteur.
Calmez mes passions mortifères
qui s’en prennent à ma chair
et à ma raison.

 

Mes mains sont vides comme mes huches.
Comme mes hanches défaillent à rencontrer le roi
et à lui avouer mon indigence, tout manant que je suis.

Ma chaumière sera brûlée et les miens dispersés.
Aucun Seigneur ne voudra embaucher des disgraciés.
Nous serons dispersés.

J’aurai à faire du donjon
pendant que ma famille sera soumise aux quolibets
sous les rires des rassemblés pour la vente aux enchères
de pauvres hères que nous serons devenus.

Touchez ô Mère de Dieu le cœur du roi
pour que ses mains accueillent la demande de votre
serviteur.

Gaby

Google+
Fr
En