....Avez-vous une bonne mémoire?..Do you have a good memory? ....

....

À Espaly le 1er mai, le sanctuaire Saint Joseph de Bon Espoir n’oublie pas son saint patron. Au contraire, toute la région est invitée à célébrer Joseph travailleur. Il y aura à travers la ville une procession autour de la statue de Joseph couronné.

Un cœur qui aime n’oublie pas! Et bien que la fête de Joseph travailleur ait été rétrogradée au rang de «mémoire» dans le nouveau calendrier liturgique de 1962 (donc à usage facultatif), l’équipe de Saint Joseph de Bon Espoir veille fidèlement à nous rappeler les choses essentielles. 

«Joseph a été nommé par Pie XI « patron de la Russie » en 1930 et « patron de ceux qui luttent contre le communisme » en 1937. En 1955, Pie XII instituait la fête de « Joseph Artisan » et la fixait au 1er mai. Ce jour n’a pas été choisi au hasard. En 1889, une « Journée internationale des travailleurs » avait été instituée et fixée au 1er mai de chaque année par l’Internationale socialiste (une organisation à laquelle Marx et Engels ont collaboré).
En choisissant le 1er mai, l’Église voulait présenter Joseph comme celui qui pouvait donner le sens véritable du travail. D’ailleurs, l’utilisation du mot « artisan » réfère à la qualité du travail humain dans l’ordre de la création, alors que l’idéologie socialiste met les « ouvriers » ou « travailleurs » dans un rapport de forces avec les « patrons », faisant du monde du travail l’objet d’une lutte de classes. La fête de Joseph Artisan s’adresse en fait à tous, sans distinctions, en les invitant à accomplir leur tâche humaine justement.» (Francine D. Pelletier, www.poste-restante.net)

Il y a d’autres personnes qui ont une bonne mémoire. Par exemple, le 1er mai 2015, à Montréal, une grande marche à saveur gréviste, avec revendications et protestations tous azimuts, est organisée, comme d’ailleurs à plusieurs autres endroits dans le monde. Un des mouvements qui prend actuellement de l’ampleur au Québec se dit justement issu de l’International socialiste…

Ces marches syndicales, parfois même anarchistes, me donnent à penser que le geste de Pie XII est encore très actuel : prions Joseph pour le monde du travail. Faisons «mémoire»… non, faisons plus que ça, lançons lui un cri du cœur, car la précarité financière et les difficultés du monde du travail affectent effectivement plusieurs personnes et ces personnes ont un pressant besoin de l’intercession de Joseph. 

Patrons comme employés ont un pressant besoin de l’intercession de Joseph.

Valérie Dionne

..

On May 1st, in Espaly, the sanctuary of “Saint Joseph of Good Hope” does not forget it’s patron saint. On the contrary, the whole region is invited to celebrate Joseph the worker. There will even be a procession throughout the city around a crowned statue of Joseph.
He who loves does not forget! And even if the feast of Joseph the worker has been retrograded to a “memorial” in the new liturgical calendar of 1962 (meaning that it is an optional feast), the team of “Joseph of Good Hope” sees that we do not forget the essential.

Joseph was named “Patron of Russia” by Pius XI in 1930, and “Patron of those who fight against communism” in 1937. In 1955, Pius XII instituted the feast of “Joseph the Worker” on May 1st. This day was not chosen arbitrarily. In 1889, the Second International (organization to which Marx and Engels contributed) instituted the “International day of workers” on May 1st of each year.

In choosing May 1st, the Church wished to present Joseph as he who could give real meaning to work. Moreover, the use of the word “worker” refers to the quality of human labour in the order of creation, while the socialist ideology puts the “workers” or “labourers” in a power struggle with the “boss”, making the workplace a conflict of social classes. The feast of Joseph the Worker is for all, without distinction, inviting all to accomplish their human labor justly.” (Francine D. Pelletier, www.poste-restante.net).


There are others that have a good memory. For example, on May 1st, 2015, in Montreal, a grand protest is organized, running the gamut from street demonstrations to one-day strikes, and such protests are seen all around the world. One of the growing movements in Quebec is actually arises from the Second International…

These trade-unionist and sometimes anarchist protests make me think that the motion initiated by Pius XII is still relevant: let us pray to Joseph for all workers. Let us “remember”… no, we must do more than that: let us cry out, from the heart, because the financial insecurity and work-related difficulties affect many and these people have an urgent need of Joseph’s intercession.

Employers and employees are in urgent need of Joseph’s intercession.

....

Valérie Dionne